" Si chuter est banal, l'idée de chuter ne l'est pas". En 1975 a lieu In Search of the Miraculous, une traversée de l'Atlantique depuis le Massachussetts, sur l'Ocean Wave, un Guppy 13, petit bateau nerveux. C'est la dernière performance de Bas Jan Ader, artiste néerlandais...

" Si chuter est banal, l'idée de chuter ne l'est pas". En 1975 a lieu In Search of the Miraculous, une traversée de l'Atlantique depuis le Massachussetts, sur l'Ocean Wave, un Guppy 13, petit bateau nerveux. C'est la dernière performance de Bas Jan Ader, artiste néerlandais mystérieux, et elle lui sera fatale. Il disparaîtra sans laisser de trace ou de corps. Tressée entre ses derniers jours en mer et les étapes de son apprentissage, la narration qui embrasse sa trajectoire tragique interroge les points de bascule, dont l'ombre écrasante et héroïque d'un père qu'il a à peine connu, pasteur mort fusillé pour avoir sauvé des Juifs. Dans chaque " roman d'un autre" qu'il fait sien dans les trouées (auparavant Jackson C. Frank, Élisée Reclus, Victor Considerant) et grâce à l'adresse à la deuxième personne, Thomas Giraud imprime avec brio une musique singulière et sensible, ancrée profondément dans les gestes et les corps. Ici, c'est le staccato radicalement poétique mais impétueux du vacillement, de la perte performée du contrôle, de l'abandon au vide. Des spectacles de Yoann Bourgeois à Essais fragiles d'aplomb de Pierre Senges, il y a de quoi se demander si celui qui tombe opiniâtrement n'est pas au final plus fascinant que celui qui vole. Il nous semble inexorablement plus humain, en tout cas.