Négociation des conditions de divorce, non-paiement des pensions alimentaires, garde des enfants... Au tribunal fictif d'Ici-les-Barrineaux, mais au plus près de la réalité de tous les tribunaux des affaires familiales de France, pas très éloignée de la situation belge, les dossiers se traitent à la chaîne malgré l'in...

Négociation des conditions de divorce, non-paiement des pensions alimentaires, garde des enfants... Au tribunal fictif d'Ici-les-Barrineaux, mais au plus près de la réalité de tous les tribunaux des affaires familiales de France, pas très éloignée de la situation belge, les dossiers se traitent à la chaîne malgré l'intimité et les souffrances qu'ils charrient (violence, alcool, adultère...). Fidèle à la ligne que s'est donnée l'autrice Lisa Mandel en fondant la collection Sociorama -" Auteurs de BD et sociologues de terrain s'amusent à décoder les dessous de notre société"-, ce Tribunal des couples suit au plus près le fonctionnement de cette justice de masse (et la manière dont elle reconduit presque malgré elle un certain ordre social) en fondant les nombreuses études sociologiques effectuées par le Collectif Onze dans le personnage de Malika, la greffière confrontée aux couples qui se déchirent, au manque de temps, au manque de moyens et à la succession de juges qui ne se ressemblent pas. Un beau mais lourd sujet, heureusement réinterprété en bande dessinée par Baptiste Virot, artiste brillant autant qu'alternatif, et déjà présent dans l'un des treize titres précédents de la collection ( Turbulences, sur les métiers de l'aviation): son trait humoristique, très personnel et qui semble sorti tout droit d'une BD adulte des seventies, met de la vie, de l'expressivité et parfois de l'émotion dans cette chronique judiciaire pas comme les autres. La réussite de ce quatorzième volume lui doit beaucoup.