À l'heure où Rupert Everett incarne admirablement Oscar Wilde dans son The Happy Prince, une belle idée de programmation d'Arte nous permet de voir ou de revoir le film qui le révéla. L'acteur anglais avait 24 ans quand il...

À l'heure où Rupert Everett incarne admirablement Oscar Wilde dans son The Happy Prince, une belle idée de programmation d'Arte nous permet de voir ou de revoir le film qui le révéla. L'acteur anglais avait 24 ans quand il débarqua au Festival de Cannes pour présenter Another Country, aux côtés d'autres jeunes comédiens appelés à faire leur chemin, Colin Firth en tête. Le film s'inspire de l'affaire des "cinq de Cambridge", un petit groupe d'espions au service de l'URSS (durant la Seconde Guerre mondiale et les débuts de la guerre froide) qui avaient tous étés étudiants de la fameuse université britannique. Everett incarne l'un d'entre eux, avec charme et brio, mais aussi toute la complexité nécessaire. Il avait déjà joué le rôle sur scène, dans la pièce du même nom que Marek Kanievska sut fort bien adapter. De manière intéressante, le personnage est homosexuel comme Everett, qui allait rapidement s'afficher au grand jour, préférant l'honnêteté au placard, même si sa carrière en fut parfois fort affectée.