Space rock, jazz cosmique, afrofuturisme, kosmische muziek... À travers les âges, les frontières et les genres, l'espace a clairement fasciné et durablement marqué le monde de la musique. Et s'il n'a avant tout, pour la plupart des artistes, été qu'un simple jeu, il a pour d...

Space rock, jazz cosmique, afrofuturisme, kosmische muziek... À travers les âges, les frontières et les genres, l'espace a clairement fasciné et durablement marqué le monde de la musique. Et s'il n'a avant tout, pour la plupart des artistes, été qu'un simple jeu, il a pour d'autres pris une dimension à la fois politique et métaphorique. Objet de lutte et sésame pour échapper aux pesanteurs d'une réalité terrestre parfois terrible. L'ancien journaliste des Inrockuptibles Christophe Conte s'intéresse à ceux qui ont créé des B.O. fantasmées à ce cosmos désespérément silencieux. Il raconte les liens entre la musique et la conquête spaciale. Il résume l'histoire du thérémin qui peut voyager entre les notes, amène un son venu d'ailleurs et fut le premier instrument utilisé au cinéma pour imiter les envahisseurs. Il évoque les projections imaginaires et fantaisistes de ceux qui prétendaient arriver d'une autre planète (Sun Ra). Ça parle de Bowie, des Spacemen 3, de Magma et sa langue extraterrestre comme de Parliament et de George Clinton qui voulaient faire danser toutes les planètes sur le même groove. Jean-Michel Jarre, Lætitia Sadier et Tim Gane (Stereolab) croisent Jean-Benoît Dunckel (Air) ou encore Étienne Jaumet (Zombie Zombie) pour aborder une question sur laquelle, plus de 400 ans avant Jésus-Christ, Pythagore avait déjà une idée. Décollage immédiat.