Le documentaire raconte l'histoire du frère de la réalisatrice, tombé dans la toxicomanie. Il s'impose dans la compétition officielle longs métrages du FIFF, qui en est aussi la plus prestigieuse.

Le jury était composé de Anne Delseth, Daphne Patakia, Guillaume Senez et Yoann Zimmer. Il était par ailleurs présidé par le réalisateur, scénariste, écrivain et dramaturge français, Samuel Benchetrit. C'est ce dernier qui a remis la Bayard d'Or à Paloma Sermon-Dai et aux producteurs de Petit samedi, vendredi en fin de journée au Caméo, l'emblématique cinéma de Namur.

La sélection comprenait treize films, dont cinq productions et co-productions belges, parmi lesquelles Une vie démente d'Ann Sirot et Raphaël Balboni ou encore Slalom de Charlène Favier.

Outre une grande reconnaissance, ce triomphe va apporter à Petit samedi différentes aides financières. La RTBF offre un prix d'une valeur de 10.000 euros au distributeur belge pour l'achat des droits télé. La Fédération Wallonie-Bruxelles lui offre également 7.500 euros pour la promotion et la diffusion en salles commerciales en Belgique. Un budget complété par la Ville de Namur à hauteur de 2.500 euros.

D'autres prix ont également été remis vendredi. Le Bayard spécial du jury revient au film d'animation Josep d'Aurel. Celui du meilleur scénario à Antoaneta Opris et Alexander Nanau pour Collective. Celui de la meilleure photographie à Yann Maritaud pour Slalom de Charlène Favier. Et enfin, celui de la meilleure interprétation à Virginie Efira pour son rôle dans Adieu les cons d'Albert Dupontel.

En plus du Bayard d'Or des longs métrages, Petit samedi remporte le prix Agnès, "témoignant d'un regard original et novateur sur l'égalité homme-femme et d'un imaginaire égalitaire".

Parallèlement, deux mentions spéciales ont été décernées à La nuit des Rois de Philippe Lacôte et Si le vent tombe de Nora Martirosyan.

Le Bayard du meilleur court métrage avait lui déjà été remis dimanche dernier à Maalbeek d'Ismaël Joffroy Chandoutis. Le jury était présidé par Fien Troch et composé par Damien Jalet, Jean-Benoît Ugeux, Léo Lefèvre et Lous and the Yakuza.

La 35e édition du FIFF s'est déroulée du 2 au 9 octobre à Namur. En raison de la crise sanitaire, il avait réduit la voilure, se contentant notamment de deux compétitions pour un total de 88 films, contre une bonne centaine habituellement.

Le documentaire raconte l'histoire du frère de la réalisatrice, tombé dans la toxicomanie. Il s'impose dans la compétition officielle longs métrages du FIFF, qui en est aussi la plus prestigieuse. Le jury était composé de Anne Delseth, Daphne Patakia, Guillaume Senez et Yoann Zimmer. Il était par ailleurs présidé par le réalisateur, scénariste, écrivain et dramaturge français, Samuel Benchetrit. C'est ce dernier qui a remis la Bayard d'Or à Paloma Sermon-Dai et aux producteurs de Petit samedi, vendredi en fin de journée au Caméo, l'emblématique cinéma de Namur. La sélection comprenait treize films, dont cinq productions et co-productions belges, parmi lesquelles Une vie démente d'Ann Sirot et Raphaël Balboni ou encore Slalom de Charlène Favier. Outre une grande reconnaissance, ce triomphe va apporter à Petit samedi différentes aides financières. La RTBF offre un prix d'une valeur de 10.000 euros au distributeur belge pour l'achat des droits télé. La Fédération Wallonie-Bruxelles lui offre également 7.500 euros pour la promotion et la diffusion en salles commerciales en Belgique. Un budget complété par la Ville de Namur à hauteur de 2.500 euros. D'autres prix ont également été remis vendredi. Le Bayard spécial du jury revient au film d'animation Josep d'Aurel. Celui du meilleur scénario à Antoaneta Opris et Alexander Nanau pour Collective. Celui de la meilleure photographie à Yann Maritaud pour Slalom de Charlène Favier. Et enfin, celui de la meilleure interprétation à Virginie Efira pour son rôle dans Adieu les cons d'Albert Dupontel. En plus du Bayard d'Or des longs métrages, Petit samedi remporte le prix Agnès, "témoignant d'un regard original et novateur sur l'égalité homme-femme et d'un imaginaire égalitaire". Parallèlement, deux mentions spéciales ont été décernées à La nuit des Rois de Philippe Lacôte et Si le vent tombe de Nora Martirosyan. Le Bayard du meilleur court métrage avait lui déjà été remis dimanche dernier à Maalbeek d'Ismaël Joffroy Chandoutis. Le jury était présidé par Fien Troch et composé par Damien Jalet, Jean-Benoît Ugeux, Léo Lefèvre et Lous and the Yakuza. La 35e édition du FIFF s'est déroulée du 2 au 9 octobre à Namur. En raison de la crise sanitaire, il avait réduit la voilure, se contentant notamment de deux compétitions pour un total de 88 films, contre une bonne centaine habituellement.