Sa mère lui a tardivement révélé que son père est Guy Jamet, un chanteur de variétés qui connut gloire et succès dans les années 60 et 70. Alors Gauthier décide d'aller à la rencontre de l'artiste, qu'un album reprenant ses plus grands tubes a remis sur la route pour une série de concerts. Il ne se présente pas comme son fils (Jamet ne sait même pas qu'il existe) mais comme un apprenti cinéaste désirant lui consacrer un documentaire... Alex Lutz est tout à la fois le réalisateur, le co-scénariste et l'interprète principal de Guy. Il joue le chanteur dans sa jeunesse (grâce à des flash-back) et surtout aujourd'hui, grâce à un maquillage très réussi qui ne brise pas la crédibilité du faux documentaire se déroulant sous nos yeux.

L'humoriste est connu pour ses mini-formats sur Canal + (Catherine et Liliane), une présentation remarquée de la Nuit des Molières en 2016, quelques mises en scène de théâtre (pour Pierre Palmade et Michèle Laroque, entre autres) et des rôles pas que comiques au cinéma (de OSS 117: Rio ne répond plus à Un petit boulot en passant par Jamais contente). Il s'ouvre de nouveaux horizons avec ce Guy plein d'astuce, de malice et de drôlerie volontiers grinçante quand référence y est faite à certains collègues de l'époque yéyé puis disco. Il y met aussi, et heureusement, des touches de mélancolie, de tendresse, de profondeur humaine. Sous le divertissement plaisant affleure ainsi une émotion qui n'a rien de bidon. Un assez bel usage de l'artifice assumé par un caméléon de la comédie, dont on attendra impatiemment le prochain projet personnel.

D'Alex Lutz. Avec Alex Lutz, Tom Dingler, Pascale Arbillot. 1h41. Sortie: 29/08. ***(*)

Sa mère lui a tardivement révélé que son père est Guy Jamet, un chanteur de variétés qui connut gloire et succès dans les années 60 et 70. Alors Gauthier décide d'aller à la rencontre de l'artiste, qu'un album reprenant ses plus grands tubes a remis sur la route pour une série de concerts. Il ne se présente pas comme son fils (Jamet ne sait même pas qu'il existe) mais comme un apprenti cinéaste désirant lui consacrer un documentaire... Alex Lutz est tout à la fois le réalisateur, le co-scénariste et l'interprète principal de Guy. Il joue le chanteur dans sa jeunesse (grâce à des flash-back) et surtout aujourd'hui, grâce à un maquillage très réussi qui ne brise pas la crédibilité du faux documentaire se déroulant sous nos yeux. L'humoriste est connu pour ses mini-formats sur Canal + (Catherine et Liliane), une présentation remarquée de la Nuit des Molières en 2016, quelques mises en scène de théâtre (pour Pierre Palmade et Michèle Laroque, entre autres) et des rôles pas que comiques au cinéma (de OSS 117: Rio ne répond plus à Un petit boulot en passant par Jamais contente). Il s'ouvre de nouveaux horizons avec ce Guy plein d'astuce, de malice et de drôlerie volontiers grinçante quand référence y est faite à certains collègues de l'époque yéyé puis disco. Il y met aussi, et heureusement, des touches de mélancolie, de tendresse, de profondeur humaine. Sous le divertissement plaisant affleure ainsi une émotion qui n'a rien de bidon. Un assez bel usage de l'artifice assumé par un caméléon de la comédie, dont on attendra impatiemment le prochain projet personnel.