Cinq jours pour juger, le procès d'un pédophile

14/10/10 à 09:25 - Mise à jour à 09:25

Sur le banc des accusés de la cour d'assises de Douai, Francis Evrard, convaincu d'avoir enlevé, séquestré et violé un enfant de cinq ans. Un film parfois insoutenable, qui nous porterait presque à trouver des excuses à cet homme simple, seul, et qui apparemment connaissait ses problèmes.

Cinq jours pour juger, le procès d'un pédophile

© DR

Octobre 2009. Dans le box des accusés de la cour d'assises de Douai, un visage simiesque rougeaud et eczémateux. Celui de Francis Evrard, 64 ans, jugé pour l'enlèvement, la séquestration et le viol d'un garçonnet de 5 ans, deux ans plus tôt. Le pédophile avoue, reconnaît tout. "Mais j'ai tout de même un doute en moi (...), si on dit que je l'ai fait, c'est que je l'ai fait." Il a comme une araignée au plafond, Francis Evrard. Ou alors est-il "simplement" un manipulateur hors pair? Toujours est-il que malgré la perversité des faits qui lui sont reprochés, malgré ses récidives multiples, on ne peut s'empêcher de plaindre un peu cet homme d'apparence simplet, à l'évidente solitude, qui déplore d'avoir réclamé, sans jamais l'obtenir, un traitement adéquat pour ses "pulsions".

Malaise: comment peut-on entrer en empathie avec un monstre? Parce que si sur papier, la gravité de ses actes est sans appel, la réalité est bien plus complexe qu'une colonne de journal noircie d'un fait divers. Ce film d'une heure trente, particulièrement dérangeant, remuera profondément celui qui parviendra à le regarder jusqu'au bout. Et pose des questions difficiles quant au suivi des délinquants sexuels. Très cru, parfois misérabiliste, l'exposé sordide du cheminement criminel de Francis Evrard ne peut laisser indifférent. Tout comme les plaidoiries, souvent brillantes, et le réquisitoire d'un avocat général, d'une intensité dramatique tout à fait cinématographique.

Si on ne dévoilera pas l'issue du procès raconté dans Cinq jours pour juger, le procès d'un pédophile, on pointera toutefois qu'il y a quelques jours, les parents de la victime ont attaqué l'Etat français pour les lourds dysfonctionnements entourant l'affaire.

Cinq jours pour juger, le procès d'un pédophile, 22.50 sur France 2.

Documentaire de Corrine Péhau.

Myriam Leroy

Nos partenaires