Théâtre: le grand nettoyage, 1re partie?

26/11/12 à 15:13 - Mise à jour à 15:13

Suite aux coupes annoncées dans le budget culture, c'est la révolte de tout le secteur théâtral. Une manifestation est prévue ce lundi devant le cabinet de Rudy Demotte.

Théâtre: le grand nettoyage, 1re partie?

© Benoît Matterne

Il a suffi de quelques lignes de Guy Duplat (La Libre Belgique) pour mettre le feu aux poudres et entraîner la révolte de tout le secteur théâtral. Il annonçait des réductions budgétaires dans "l'aide aux projets théâtraux", une enveloppe annuelle de 1.260.000 euros, non indexée depuis... douze ans. Un "conseil d'avis" de la Ministre de la Culture, Fadila Laanan, le CAPT (Conseil d'aide aux projets théâtraux), soutient, par an, avec cette somme, une quarantaine de projets d'artistes "freelance" ou intermittents. Sans ce "carburant", les portes des théâtres leurs sont pratiquement closes. Or le CAPT a développé le jeune théâtre francophone, dont Le signal du promeneur, actuellement à l'affiche du Théâtre de la Bastille/Paris. Ou encore Anne-Cécile Vandalem, Selma Alaoui, Myriam Saduis, Antoine Laubin, Françoise Bloch, Christophe Sermet, dont les spectacles développent l'emploi. Dans ce secteur non-indexé la Ministre veut réduire les subventions 2013 à 700.000 euros (-45%), puisque ces aides sont "facultatives". Un vrai travail de fonctionnaire-comptable qui a zappé les individus derrière les chiffres.

Vite soutenu par le "milieu élargi", un mouvement, "Conseil Dead" s'est improvisé, composé de jeunes créateurs en colère: pétition (plus de 11.000 soutiens), manifestation, page Facebook. Il fédère aussi danse et musiques non-classiques, elles aussi "rabotées" et refuse le compromis boiteux de la Ministre (ajustant les subventions du CAPT à 1.130.000 euros, et rejetant les économies de 430.000 euros sur d'autres secteurs des arts de la scène). Conseil Dead poursuit sa pression, ce lundi chez Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles dont son budget 2013 impose le principe de "sélectivité dans les dépenses non-obligatoires".

Bombes à retardement?

De son côté, Fadila Laanan se replie derrière deux conseils d'avis qu'elle réunit demain, mardi. Outre le CAPT, chargé des aides ponctuelles, le Conseil d'Art Dramatique (CAD) examine les aides structurelles, actuellement épargnées. Celles-ci concernent des conventions (ex: la Cie Utopia, Transquinquennal, etc.) ou des contrats-programmes (Théâtre National, Balsamine, Groupov, etc.). À eux, dit-elle, de trouver des pistes d'économies. Prise d'otage? Si le CAPT et le CAD ne trouvent aucune solution, on nous esquisse en coulisse "pourquoi ne pas réduire les conventions de ceux qui ont soutenu la pétition Conseil Dead?"

Le plus important: la Ministre travaille sur une politique (nécessaire) de professionnalisation du secteur avec "mise à plat" (et réduction?) des subventions structurelles, analysées par une grille d'évaluation plus "pro". Depuis mars 2012, le CAD planche sur les futures conventions 2013. 46 dossiers sont à table. Qui aura un contrat et surtout: qui n'en aura plus? 25 au final? On attend la liste dans les semaines à venir. On parle d'une véritable "bombe" avec une crise de plus, en perspective... En attendant celle de 2014 sur les contrats-programmes?

Bref, la pression ne fait que commencer: subventions plus ordonnées, réduction de budgets, 1re convention collective, diminution d'une aide de la Lotterie (?), problème du "statut d'artiste", licenciements invisibles... Claironner que la politique culturelle de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'en sort bien par rapport au reste de l'Europe, ne calmera personne. Mons 2015 (70 millions de budget programmé) risque de s'en prendre plein la gueule.

Comme les autres, le secteur culturel ne semble pas prêt à accepter l'austérité imposée. Même les "pauvres", ciblés par un tweet maladroit de la Ministre, savent dire non. "Qui sème le vent, récolte la tempête"... Au risque de noyer les bonnes politiques depuis 2004 de Fadila Laanan et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dommage.

Quelques chiffres de la Culture 2013:

Budget global de la Fédération Wallonie-Bruxelles: 9.640.558.000 euros.

Budget "arts de la scène" (conventions, contrats-programmes et aides ponctuelles): 90,987 millions ¤ en 2013 (91,916 millions en 2012), soit moins de 1%.

Les méchantes économies "annoncées":

Dans les arts de la scène, l'intégralité des conventions et des contrats-programmes sont (pour l'instant) sauvegardés. Par contre, les dépenses d'aides ponctuelles se réduisent de 10% , passant de 9,248 millions à 8,272 millions d'euros.

La Commission d'aide aux projets théâtraux devait passer à 700.000 euros (-45%). Suite à la manifestation du 20 novembre organisée par le Conseil DEAD, la Ministre de la Culture prévoit un 1er ajustement d'1,130 million d'euros (pour 1,260 million en 2012).

Le Conseil des musiques non classiques à 340.000 d'euros (pour 475.000 d'euros en 2012) et le Conseil de la danse à 275.000 d'euros (pour 450.000 d'euros en 2012).

Les subventions consacrées à l'équipement passent de 1,192 million à 545.000 d'euros (-54%) avec gel des nouveaux dossiers.

Le rassemblement est sur la page Facebook du ConseilDEAD, les informations officielles sur www.culture.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires