Auto-tune (1/6): Rock'n'roll et bagnole, le fantasme amoureux

19/07/18 à 09:54 - Mise à jour à 10:19
Du Le Vif Focus du 05/07/18

Agglutinée au mythe rock'n'roll de la génération baby-boomeuse, la bagnole s'est imposée dans le répertoire US comme un fantasme amoureux. Partout donc.

Le 23 décembre 1959 fut une mauvaise journée pour Chuck Berry. Lorsque les flics débarquent dans son club de Saint-Louis, Missouri, ils lui signifient l'infraction tombant sous le Mann Act, loi fédérale qui punit le transport de toute personne suspectée de "prostitution, débauche et toute autre conduite immorale". Début décembre, le chaud lapin Berry en tournée croise au Texas une serveuse de quatorze ans, Janice Norine Escalanti, et lui propose un job dans sa boîte missourienne. C'est Chuck, bien sûr, qui conduit la bagnole du retour croisant plusieurs frontières étatiques jusqu'au coeur de Saint-Louis, en compagnie d'une mineure aux moeurs ultérieurement considérées comme volatiles par la loi. Janice confiera lors des procès "avoir été intime avec Berry le temps de traverser quatre États américains". Berry rétorquera avoir voulu faire de la jeune fille apache "une femme plus morale". Un juge tranchera la question en envoyant le chanteur-guitariste 18 mois à l'ombre, le laissant réfléchir aux vices et vertus de la bagnole US. Celle sur laquelle le jeune Berry a peiné dans deux usines d'assemblage de voitures, dont la Fisher Body à Detroit, et celle qui a été le sujet de son enregistrement inaugural en 1955, Maybellene, l'un des tout premiers hits estampillés rock'n'roll. Où il chante "I saw Maybellene in a Coupe DeVille/A Cadillac a-rollin' on the open road/Nothin' will outrun my V8 Ford/The Cadillac doin' about ninety-five/She's bumper to bumper, rollin' side by side". Dans cette reprise requinquée d'un traditionnel de 1938, Ida Red, Chuck croise un double flirt: celui des filles et de l'huile de moteur. Berry, qui a réécrit le texte original, raconte une course-poursuite avec une beauté pas si farouche que cela, Maybellene, au volant de sa Cadillac Coupe DeVille alors que le rocker fait mousser les huit cylindres de sa Ford V8. Ca pompe, ça combustionne, ça rock'n'roll: avec une jolie payola versée par le producteur Leonard Chess au DJ Alan Freed, Maybellene inonde la radio, le marché discographique et la jeunesse ricaine.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires