Se souvenir d'oublier

20/06/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:50
Du Le Vif Focus du 21/06/18

Un narrateur pétulant et non fiable, empêtré dans une vie pleine d'accrocs, règle ses comptes avec son pire ennemi et le reste de l'humanité.

Dans ce roman primé en 1997 avant d'être adapté au cinéma en 2010 et aujourd'hui publié dans une nouvelle traduction, nous voilà tout à trac pris dans le flux effervescent de souvenirs de Barney Panofsky. Un petit gars élevé à Montréal, dans le Mile End, parce que ses parents juifs émigrés ne pouvaient viser New York avec des poches vides. Dans les années 50, il sera l'un des membres d'une bohème hétéroclite qui éclusera les cafés de Paris en tentant de percer, qui en peinture, qui dans les lettres. Il vouera une admiration à Bernard "Boogie" Moskovitz, son mentor affichant un détachement notoi...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires