Dungeon Quest (t2)

12/08/10 à 12:45 - Mise à jour à 12:45

Le premier volet de cette trilogie joyeusement barrée du Sud-Africain Joe Daly nous avait bluffé (et pas seulement nous puisqu'il a raflé le Prix spécial du jury au dernier festival d'Angoulême).

Dungeon Quest (t2)

© Joe Daly

De Joe Daly, L'Association.

Entre pastiche sous acide des jeux de rôle et roman d'aventure philosophico-fumeux, on y suivait les péripéties d'un quatuor improbable s'aventurant sans but précis au-delà des limites de la ville, jusqu'à ce que l'escapade parte en vrille et que la finalité du voyage s'impose: retrouver tous les éléments de "la légendaire guitare atlantéenne à résonateur".

La bande était emmenée par Millenium Boy, petit gars futéà la tête en forme d'ampoule et à la langue bien pendue capable de détricoter les énigmes les plus tordues comme de disserter froidement sur les incongruités anatomiques de ses partenaires. Lesquels formaient un trio ultra cool avec son branleur fan de Led Zep (Steven), sa montagne de muscles portée sur la poésie (Lash Penis) et son amazone à lunettes (Nerdgirl). Comme dans toute chasse au trésor, leur route était semée d'embûches, d'épreuves (avec gain de tenues ridicules à la clé) et de mauvaises rencontres (les taupards notamment).

Un road comic désopilant et hilarant, souvent grossier mais jamais vulgaire. On prend les mêmes et on continue sur la lancée dans ce deuxième tome. Nos "héros" s'enfoncent dans la fôret de Fireburg, où ils se crêpent le chignon, façon Tigre et dragon, avec des trolls des rivières, récupèrent les vis et les cordes de la guitare atlantéenne et boivent les paroles de Bromedes, prophète aux faux airs de Barbapapa. Le dessin en noir et blanc, qui a la densité et la précision chirurgicale de la sérigraphie, habille à merveille cette chevauchée co(s)mico-psychédélique.

Et même si l'effet de surprise est un peu émoussé, on prend toujours autant son pied à voir Daly décaper le vernis spirituel des fans d'heroic fantasy. Plus que jamais, ce n'est pas tant la destination qui compte que le chemin pour y arriver...

Laurent Raphaël

En savoir plus sur:

Nos partenaires