La révolution antibanques d'Eric Cantona se propage

03/12/10 à 12:14 - Mise à jour à 12:13

Le footballeur Eric Cantona avait recommandé, pour faire une vraie révolution, de retirer son argent des banques. Les internautes l'ont pris au mot, et le 7 décembre prochain, il risque d'y avoir des files dans les agences.

La révolution antibanques d'Eric Cantona se propage

Un ex-footballeur reconverti en porte-drapeau d'une révolution, ce n'est pas si courant. Eric Cantona n'est pas de ceux qui s'insultent dans les vestiaires, il préfère décocher des idées pour changer le monde. En octobre dernier, alors que le mouvement contre la réforme des retraites réunissait des millions de personnes dans les rues de France, Cantona avait lâché à Presse Océan: "La révolution est très simple à faire, aujourd'hui. Au lieu d'aller dans les rues faire des kilomètres (pour manifester), tu vas à la banque de ton village et tu retires ton argent."

La vidéo de cette interview circule sur le Net, et un événement Facebook est créé: "Révolution! Le 7 décembre on va tous retirer notre argent des banques!" Près de 30.000 personnes à ce jour y sont inscrites et 23.000 autres déclarent "peut-être" participer.

Le site Bankrun2010 donne des informations complémentaire et liste les 26 pays qui ont relayé un événement du même type. "Le 7 du mois, la plupart des citoyens sont soit déjà à découvert, soit ils ne leur reste que quelques centaines d'euros, souligne l'une des fondatrices de Bankrun2010 dans le magazine Tendance. Je conseille à ceux-là de faire des provisions de nourriture non périssables et produits de premières nécessités. Et même de ne pas attendre pour se constituer des stocks car, avec ou sans nous, le système va s'écrouler."

L'initiative lancée par Cantona ne laisse pas indifférent. Elle séduit le journaliste économique Laurent Mauduit, qui signe un post joyeusement nommé "Vive Cantona! Vive la révolution!" sur Mediapart. Christine Lagarde, ministre française des Finances, est bien moins ravie par la nouvelle et renvoie l'ancien sportif à son terrain de foot: "Chacun son métier. Il y en a qui jouent magnifiquement au football, je ne m'y risquerai pas. Je pense qu'il faut intervenir chacun dans ses compétences", a-t-elle lancé ce mercredi pendant une conférence de presse. Le milieu des banques s'émeut aussi: le directeur de la BNP Paribas juge cet appel "mal fondé" et "insécuritaire".

Et Cantona? Le footballeur a confirmé qu'il participerait à l'événement qu'il a impulsé sans s'en apercevoir. "Je constate comme tout le monde cette étrange solidarité qui est en train de naître, alors, oui, le 7 décembre, je serai à la banque."

Coline Bérard

En savoir plus sur:

Nos partenaires