Art et conscience politique: l'étincelle qui met le feu aux poudres?

10/01/17 à 14:57 - Mise à jour à 14:57

Source: Focus Vif

Dans un contexte où populisme et individualisme semblent sonner la mort du politique, l'art pourrait-il réveiller les consciences et occuper cet "espace entre les hommes" cher à Hannah Arendt?

Un bilan catastrophique. Ce n'est un secret pour personne, lorsque l'on jette un oeil sur 2016, tout n'est que "solitude, désolation" pour reprendre les mots très justes de Virginie Efira dans une interview accordée au journaliste Jean-Marc Lalanne. Si le monde était une entreprise -il l'est peut-être un peu-, il serait à deux doigts de mettre la clé sous le paillasson. En cause? Des fractures d'apparence irréversibles entre la détresse des uns, l'égoïsme des autres et la peur des troisièmes. Celles-ci dessinent une sérieuse ligne de partage entre les citoyens des sociétés occidentales. "You want it darker", prophétisait Leonard Cohen à la fin de l'été et il avait raison: attentats, Brexit, élection de Trump, droitisation du monde, crise des réfugiés... La liste est longue des colères et des désespoirs. "Le ciel est lourd", résumait le philosophe Georges Didi-Huberman dans un texte écrit dès mars 2016.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos