Alaska et suicides, la recette crac-boum-hue de David Vann

16/09/11 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Où s'anime un tableau de Breughel au cinéma, David Vann dévoile sa vie de casse-cou, tandis que Mastodon et Dirty Beaches plaisent aux oreilles branchées... Et puis, The Raid!!!

Alaska et suicides, la recette crac-boum-hue de David Vann

© DR

Surprenant et esthétiquement hors-normes, voici The Mill & The Cross, un film tourné en 2009 par Lech Majewski, le scénariste du film Basquiat, avec David Bowie. Le long-métrage ne sort sous nos latitudes que fin de cette année et a pour ambition d'imaginer et de suivre la vie de chaque personnage représenté sur Le Portement de la Croix, un chef d'oeuvre de Pietje Breughel datant de 1564. Une expérience sensorielle et visuelle intense, entre cinéma expérimental, fantaisie historique et violente reconstitution d'époque. Les vétérans Rutger Hauer, Charlotte Rampling et Michael York sont de la partie... Et ça a l'air tout, sauf académique!

---

Alaska et suicides, c'est la recette qui fait crac-boum-hue de David Vann, véritable starlette de cette rentrée littéraire avec son Désolations faisant suite à Sukkwan Island, son facile mais dégoûtant carton de 2010. Personnage digne de ses romans, casse-cou invétéré donc, l'auteur, chaleureux, se livre quelque peu au Nouvel Observateur...

http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/07/08/vann.html

---

Ce n'est pas tous les jours que la branchouille internationale craque pour le métal, genre musical plutôt laissé aux buveurs de Cara Pils qui portent des jeans Poker. Un groupe tous les 15 ans, on va dire (Led Zeppelin, Motörhead, Sepultura...). Roots des Brésiliens, c'était en 1996, logique donc qu'en 2011 s'impose donc un nouveau challenger, déjà repéré depuis 4 ou 5 ans. Mesdames et messieurs, Beavis et Buttheads, ouvrez bien larges vos cages à miel, voici Mastodon, ses pochettes affreuses et sa coulée continue de boucan pour chevelus mais aussi hipsters à Rayban de vue.

http://thequietus.com/articles/06952-mastodon-the-hunter-review-track-by-track

---

Le côté sombre de la chill wave, c'est Dirty Beaches, projet musical d'un seul homme, fils d'un chanteur de rockabilly thaïlandais qui se prend pour Alan Vega chez David Lynch. Le tout enregistré dans une poubelle avec un sampleur pourri et des disques de Suicide et Françoise Hardy où piocher des sons et des boucles. L'extra-terrestre est interviewé par The Drone, jamais dernier pour repérer ce genre d'énergumène.

http://www.the-drone.com/magazine/dirty-beaches-interview/

---

BONUS:
Elle tourne partout depuis mardi, c'est la bande-annonce de The Raid, film thaïlandais à la prémisse on ne peut plus con: une bande de flics attaque un building de 30 étages appartenant à un baron de la drogue! Un véritable alibi à de la castagne insensée et à de la violence alliant folie maniaque et chorégraphies de oufs. Aimez-vous les uns les autres jusqu'à lundi...

Serge Coosemans

Nos partenaires