Straight Outta Compton, le biopic

17/08/15 à 11:41 - Mise à jour à 11:41

Source: Focus

La sulfureuse saga gangsta rap de N.W.A. bénéficie d'une adaptation ciné. Sensations angelinos.

Straight Outta Compton, le biopic

Straight Outta Compton, dans les rues de L.A. © Philippe Cornet

Fin juillet, Los Angeles. Difficile d'échapper aux billboards, pubs de bus et d'abris, voire portraits géants à la mode nord-coréenne: le film Straight Outta Compton sort sur les écrans américains dès le 14 août avec la promesse de faire du bruit. Celui, précisément, du premier album des Niggers With Attitude qui, en août 1988, rythmait avec fracas la fournaise pré-Rodney King. Historiquement, "le groupe le plus dangereux au monde" n'est pas premier dans la cordée rap-de-gangster (Ice T est déjà passé par là), mais il tranche par son allure de commando-nitroglycérine nègre qui fait d'emblée frémir les banlieues -pas seulement blanches- et la fuck you attitude générale des chansons. D'autant que Compton, zone de L.A. d'où giclent les protagonistes, est de réputation hardcore.

Epidémie de crack, drive-by-shooting, pauvreté endémique, déscolarisation et tout le toutim de l'Amérique black qui crise fort. Constat cru d'un white power -flics, fric, racisme- vu par la minorité noire en désarroi coléreux. NWA c'est le reflux de l'Amérique à hauteur d'estomac mixé à un trop-plein de testostérone mâle. Orchestrés par le fondateur Eazy-E et sa voix vinaigre, plus deux futures stars solos (Dr. Dre et Ice Cube) et deux acolytes passés depuis à l'anonymat (MC Ren et DJ Yella). Contre toute attente, NWA deviendra un succès international, y compris par la voie MTV et autres médias initialement frileux à diffuser ce hip hop assimilé à la violence et la gang-culture. Comme dans le titre Fuck Tha Police, suscitant même une réaction officielle du FBI. On attend maintenant le biopic de 150 minutes, réalisé pour 25 millions de dollars par le New-Yorkais Felix Gary Gray, en sortie européenne.

En savoir plus sur:

Nos partenaires