Le magasin des suicides

02/10/12 à 15:57 - Mise à jour à 15:57

ANIMATION | À 64 ans, Patrice Leconte signe un premier film d'animation où, sous la fantaisie macabre trempée dans un grand bain d'humour acide, pointe un éloge tendre du rire et de la bonté.

Le magasin des suicides

© DR

LE MAGASIN DES SUICIDES, FILM D'ANIMATION DE PATRICE LECONTE. AVEC LES VOIX DE BERNARD ALANE, ISABELLE SPADE, LAURENT GENDRON. 1H25. SORTIE: 03/10. ***

En ouverture, un juke-box vintage avale un disque, et recrache dans ses enceintes le Y'a d'la joie de Charles Trenet. Un préambule qui pose d'emblée le climat -vieille France- et le ton -des suicides en cascade sur fond d'hymne populaire à la gaieté, c'est ce qui s'appelle avoir le sens de l'humour noir- du film. Adaptation animée du roman de Jean Teulé, Le magasin des suicides s'intéresse au commerce de la famille Tuvache, lequel ne manque pas, dans une ville où prolifère la dépression façon chape de plomb, d'écouler par brouettes les produits les plus divers et variés pour se donner la mort. Jusqu'au jour où vient au monde le petit Alan, dont l'inaltérable joie de vivre pourrait bien contaminer jusqu'aux plus tourmentées des âmes en peine... Avec ses nombreuses séquences dansées et chantées, le film fonctionne au fond sur un principe proche d'une comédie musicale, posant, 85 minutes durant, un univers certes foisonnant et graphiquement inventif mais passablement dénué d'enjeux dramatiques. S'amusant des contraires et exploitant idéalement la profondeur de champ induite par la 3D (ou 2D relief), le nouveau Patrice Leconte donne ainsi plus d'une fois le sentiment de tourner en rond. Reste que dans ses meilleurs moments, carburant aux loopings visuels et à l'humour vache, le film laisse entrevoir ce qu'il aurait pu être tout du long: un remède (en)chanté à la sinistrose ambiante.

Le magasin des suicides est également présent sur Twitter, Facebook et Pinterest, et propose également des jeux sur les réseaux sociaux ou via les terminaux mobiles.

Nos partenaires