[Critique ciné] The Eagle Huntress, haro sur les préjugés machistes

11/04/17 à 10:40 - Mise à jour à 10:41
Du LeVif Focus du 07/04/17

DOCUMENTAIRE | Le premier long métrage d'un jeune réalisateur ambitieux, passé par la pub et par CNN: Otto Bell.

[Critique ciné] The Eagle Huntress, haro sur les préjugés machistes
[Critique ciné] The Eagle Huntress, haro sur les préjugés machistes

Retenue par une corde, la jeune fille progresse dans les rochers, s'approchant d'un nid de rapaces. En bas, l'abîme, en haut, la possibilité d'une capture qui marquera le point de départ de la réalisation de son rêve: devenir chasseuse à l'aigle. Aisholpan est déterminée, courageuse, cachant sous un sourire enfantin une résolution des plus spectaculaires. Elle veut s'illustrer dans un monde presque totalement masculin, dans une activité que peu de femmes ont osé pratiquer avant elle. Aisholpan a treize ans... On s'attache à l'entreprise, menée au coeur d'une Mongolie sauvage et belle. On se prend souvent d'empathie pour la gamine aux bonnes joues rouges de froid mais aussi d'émotion quand elle affronte, au concours des meilleurs chasseurs, des hommes aux visages burinés, marqués par des années de pratique sous le soleil aveuglant.

Produit par Morgan Spurlock (Super Size Me), The Eagle Huntress (La Jeune Fille et son Aigle) est le premier long métrage d'un jeune réalisateur ambitieux, passé par la pub et par CNN: Otto Bell. Celui-ci répond à la controverse née aux États-Unis lors de la sortie du film, lui reprochant de l'avoir en partie "mis en scène" et ainsi trahi les règles du travail documentaire au sens strict. Par-delà ce nécessaire débat, le spectacle proposé est d'une belle tenue, avec une dimension humaine que la vaillante Aisholpan exprime de sa force tranquille. Une dimension féministe, aussi, précieuse pour un film qui entend s'adresser en priorité au jeune public, si souvent confronté encore aux préjugés machistes et à des traditions réduisant femmes et jeunes filles à des rôles subalternes.

DE OTTO BELL. 1H27. SORTIE: 12/04. ***(*)

>> Lire également notre interview d'Otto Bell.

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos