Critique ciné: Pixels, la revanche des nerds

31/07/15 à 14:13 - Mise à jour à 14:13

Source: Focus

COMÉDIE SF | Pixels orchestre l'improbable invasion d'aliens en colère ayant mal interprété un message de paix envoyé par l'humanité au début des années 80.

Critique ciné: Pixels, la revanche des nerds

Pixels, le film © DR

D'une édifiante pantalonnade à l'autre, Adam Sandler, génie comique en sommeil le plus sous-employé et le plus sur-payé du paysage hollywoodien, n'en finit plus d'incarner le triomphe du beauf décomplexé. Il le fait aujourd'hui au service d'une production un poil plus ambitieuse qu'à l'habitude, comédie SF dont le principe fondateur a tout du rêve de geek transpirant devenu réalité: exceller aux jeux vidéo servirait enfin à quelque chose -sauver le monde, en l'occurrence, mais aussi séduire les femmes, vaste et incertain programme. Soit la revanche définitive des nerds et des losers, en somme.

Très librement inspiré de l'inventif et anxiogène court métrage de Patrick Jean, couronné à Annecy en 2011, Pixels orchestre ainsi l'improbable invasion d'aliens en colère ayant mal interprété un message de paix envoyé par l'humanité au début des années 80. Et la Terre de se faire joyeusement dynamiter par des versions géantes de personnages iconiques du monde du gaming d'alors qui pixellisent tout ce qu'ils touchent: Pac-Man, Frogger, Donkey Kong et autres Space Invaders... Bourré jusqu'à la gueule de références à la culture populaire des eighties -de Samantha Fox à Olivia Newton-John en passant par Chewbacca, de L'Ile fantastique à Superman 2 en passant par Full Metal Jacket-, le film joue la carte du rétrogaming blockbusterisant sans se montrer trop complaisant dans la nostalgie cool. Un peu gavant sur la longueur, et franchement répétitif, le divertissement draine son lot de chouettes petites idées baignées d'un humour régressif inégal mais assez jouissif, et plutôt bon esprit.

De Chris Columbus. Avec Adam Sandler, Kevin James, Michelle Monaghan. 1h46. Sortie: 29/07.

Nos partenaires