[Critique ciné] Captain Fantastic, Viggo Mortensen en grande forme

12/10/16 à 10:37 - Mise à jour à 11:01

Source: Focus Vif

COMÉDIE DRAMATIQUE | Malgré ce que son titre pourrait laisser croire, Captain Fantastic nous conte l'histoire d'un père aux prises avec des questions bien plus quotidiennes.

[Critique ciné] Captain Fantastic, Viggo Mortensen en grande forme

Viggo Mortensen et Annalise Basso dans Captain Fantastic de Matt Ross. © Wilson Webb / Bleecker Street

Pour évoquer la paternité, les films américains choisissent généralement entre deux options: l'homme pressé qui n'a plus le temps de s'occuper de ses marmots ou le héros affrontant tous les dangers pour les tirer d'affaire. Malgré ce que son titre pourrait laisser croire, Captain Fantastic nous conte l'histoire d'un père aux prises avec des questions bien plus quotidiennes. Où s'arrête l'éducation et où commence l'autorité? Comment transmettre ses convictions à ses enfants tout en les laissant libres de leurs choix? C'est que Ben (Viggo Mortensen) n'est tout de même pas un père lambda: sa femme et lui ont élevé leurs six rejetons dans la forêt et les ont scolarisés eux-mêmes. Mais après un long coma suite à une tentative de suicide, son épouse décède et Ben se retrouve désemparé. Ses beaux-parents le tiennent pour responsable. Il n'ose pas dire la vérité aux enfants. Et il ne peut plus résister aux aînés, dont l'envie de découvrir le vaste monde est de plus en plus dévorante. Voici donc la tribu partie dans un road trip à travers les États-Unis durant lequel ce père aimant commettra bien des erreurs mais fera toujours de son mieux. Film sur l'incertitude et la quête de la liberté, Captain Fantastic est riche et jamais moralisateur. Bien souvent hilarant, il saura aussi vous tirer quelques larmes aux moments opportuns. Porté par un Mortensen en grande forme et par un impressionnant casting d'enfants, il ne souffre au final que d'un troisième acte prévisible et un peu bâclé.

DE MATT ROSS. AVEC VIGGO MORTENSEN, FRANK LANGELLA, ANNALISE BASSO. 1H58. SORTIE: 12/10. ***(*)

>> Lire également notre interview de Viggo Mortensen.

Nos partenaires