Cannes: Mommy de Xavier Dolan, belle démonstration de maturité

22/05/14 à 15:30 - Mise à jour à 23/05/14 à 20:20

Source: Focus Vif

Le film du jour (9). Xavier Dolan s'était ému, à l'époque de Laurence Anyways, de n'avoir eu droit qu'à une sélection à Un Certain Regard. Crime de lèse-majesté aujourd'hui oublié, Mommy lui permettant, deux ans plus tard, de forcer les portes de la compétition cannoise.

Cannes: Mommy de Xavier Dolan, belle démonstration de maturité

Xavier Dolan © REUTERS/Eric Gaillard

Pour ce cinquième long métrage, le cinéaste québécois renoue avec une inspiration voisine de celle de J'ai tué ma mère, puisqu'il y est question de la relation - tumultueuse - entre une mère mono-parentale (Anne Dorval) et son fils de 15 ans, Steve (Antoine-Olivier Pilon), TDAH impulsif et violent; une relation dans laquelle vient bientôt interférer une voisine énigmatique, Kyla (Suzanne Clément), professeur profitant d'un congé sabbatique pour leur apporter son aide.

À leur suite, le film adopte une ligne syncopée, où le calme annonce la tempête, les moments d'euphorie ceux de crise, que Dolan aime pousser à leur paroxysme. L'auteur-réalisateur s'avance ainsi en zone sensible, en s'appuyant tout autant sur des dialogues fleuris et férocement drôles que sur un sens aiguisé du tempo dramatique. À quoi s'ajoute une parfaite maîtrise de sa mise en scène, qui le voit notamment jouer avec maestria du cadre - la scène de l'échappée belle au son du Wonderwall de Oasis est, d'ores et déjà, l'un des classiques du festival. Soit, en tout état de cause, une belle démonstration de maturité à 25 ans à peine. Et un film qui ne déparerait assurément pas le palmarès...

En savoir plus sur:

Nos partenaires