Critique

[Le film de la semaine] Mademoiselle (The Handmaiden), de Park Chan-wook

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

THRILLER ÉROTIQUE | Traversé de tension sexuelle, d’humour et de violence, le nouveau film du réalisateur d’Old Boy est un thriller aussi élégant que jouissif, et du cinéma de genre de haut vol.

[Le film de la semaine] Mademoiselle (The Handmaiden), de Park Chan-wook

De retour en Corée après l’expérience hollywoodienne de Stoker, Park Chan-wook livre, avec Mademoiselle, une adaptation du roman Du bout des doigts de Sarah Waters, un thriller érotique et vénéneux de la meilleure veine. Situé dans les années 30, pendant l’occupation nippone, le récit s’ouvre alors que Sook-Hee (Kim Tae-ri), une jeune Coréenne, entre au service de Hideko (Kim Min-hee), une riche Japonaise vivant avec son oncle (Jo Jin-woong) dans un manoir isolé. Sous son allure de servante naïve, Sook-Hee poursuit néanmoins d’autres desseins: pickpocket, elle a été engagée par un escroc (Ha Jung-woo) se faisant passer pour comte afin de l’aider à abuser sa maîtresse et faire main basse sur sa fortune…

S’insinuant au coeur de la relation unissant bientôt ces différents personnages, Mademoiselle déploie sa mise en scène virtuose en un mouvement sensuel et racé dévoilant un monde de faux-semblants. Si l’issue de l’affaire ne fait guère de doute, le jeu de manipulation(s) y conduisant s’avère on ne peut plus délectable. Soit, traversé de tension sexuelle mais aussi d’humour et de violence -on est chez Park Chan-wook après tout-, un thriller aussi élégant que jouissif, et du cinéma de genre de haut vol.

DE PARK CHAN-WOOK. AVEC KIM MIN-HEE, KIM TAE-RI, HA JUNG-WOO. 2H25. SORTIE: 14/12. ****

>> Lire également notre interview de Park Chan-wook.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content