Critique

[Critique ciné] Le Coeur régulier, trop balisé

Jun Kunimura et Isabelle Carré dans Le Coeur régulier, de Vanja d'Alcantara © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Révélée par l’intéressant Beyond the Steppes, la réalisatrice belge Vanja d’Alcantara peine à confirmer.

La mort soudaine et brutale de son frère a frappé Alice de plein fouet. Sachant qu’il avait trouvé au Japon l’apaisement existentiel, au contact d’un ex-policier attaché à sauver les candidats au suicide, elle part à la rencontre du vieil homme… Révélée par l’intéressant Beyond the Steppes en 2010, la réalisatrice belge Vanja d’Alcantara peine à confirmer dans son adaptation du livre d’Olivier Adam. Malgré un cadre naturel très beau et l’interprétation vibrante d’Isabelle Carré, Le Coeur régulier emprunte des sentiers bien trop balisés, qu’une écriture schématique ne tire pas des clichés sur la sagesse orientale.

DE VANJA D’ALCANTARA. AVEC ISABELLE CARRÉ, JUN KUNIMURA, NIELS SCHNEIDER. 1H35. SORTIE: 20/04.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content