Critique

[à la télé ce soir] La Forme de l’eau

© DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Grand vainqueur de la 90e cérémonie des Oscars avec quatre statuettes dont celle consacrant le meilleur film, La Forme de l’eau affiche une singularité séduisante, une étrangeté inspirée, un charme fou et une lumineuse justesse.

L’excellent Guillermo del Toro (Hellboy, Le Labyrinthe de Pan) nous y enchante avec un récit mettant en scène une alliance de « monstres » aussi fascinants qu’attachants, défiant les préjugés d’un monde crispé sur une normalité réduite au rejet des différences. Un propos humaniste à la candeur assumée, un conte fantastique éblouissant où une employée muette (Sally Hawkins) d’un laboratoire américain durant la guerre froide s’attache à une créature amphibie soumise à des expériences qui pourraient lui coûter la vie. Del Toro émerveille par son style, riche et foisonnant, et touche par le coeur immense qu’il investit sans fausse pudeur dans un hymne poétique et vibrant à l’alterité, un spectacle riche en références mais aussi unique dans son audace tranquille et sa rare puissance émotionnelle.

Film fantastique de Guillermo del Toro. Avec Sally Hawkins, Michael Shannon, Richard Jenkins. 2017. ****(*)

Dimanche 30/05, 21h05, France 2.

Partner Content