Cinéaste virtuose, Guillermo del Toro s'est employé, de L'Échine du Diable à Crimson Peak, à revisiter le cinéma de genre(s) comme pour mieux le transcender. Un postulat valant encore pour The Shape of Water, son dixième long métrage, un film de monstre en première lecture, mais beaucoup d'autres choses également, ce conte de fées adossé à la Guerre froide vibrant d'un romantisme exacerbé, le tout relevé d'une parabole sur l'Amérique d'aujourd'hui filée avec la légèreté d'un musical. Star, voici quelques années, de Pacific Rim, monstrueuse fantaisie du maître mexicain, Charlie Hunnam nous confiait à son propos: "Il a une immense intégrité et fait ses films avec son coeur. J'ai le sentiment qu'il ne tourne que des films pour lesquels il ressent une véritable connexion émotionnelle." Impression vérifiée à peine le réalisateur installé pour un entretien vénitien -il repartira de la Mostra récompensé du Lion d'or-, la passion transparaissant de chacun de ses propos...
...