Kentucky Route Zero, gameplay minimaliste et intimiste

16/04/13 à 14:24 - Mise à jour à 14:24

POINT & CLICK | Lancé sur la piste d'une autoroute souterraine abandonnée, Kentucky Route Zero révèle un point & click sublime bercé d'une folk saisissante.

Kentucky Route Zero, gameplay minimaliste et intimiste

© Cardboard Computer Games

EDITÉ ET DÉVELOPPÉ PAR CARDBOARD COMPUTER GAMES, ÂGE: NC, PREMIER ACTE DISPONIBLE SUR PC VIA STEAM. ****

En quelques années, Jake Elliott a secoué le milieu du jeu vidéo indépendant. Déjà vu sur We Were You, un jeu indé mis en musique par M83 pour une game jam de Pitchfork, le coder artiste lâchait également Ruins lors de l'Independant Game Festival (IGF) l'année passée. Bercé par le piano de Chopin, ce jeu d'aventures aux décors embués déroulait un dialogue entre un chien noir et un lapin blanc. Pas de quoi le voir nominé lors de l'événement californien. Toujours obsédé par la musique, le créateur numérique originaire de Chicago y revenait toutefois cette année avec Kentucky Route Zero.

Aidée de Tamas Kemenczy (au graphisme) et Ben Babbit (à la musique), cette seconde soumission a fini par payer. Ce point & click hyper graphique tapissé de visuels épurés vient en effet de remporter le Prix de l'excellence dans la catégorie Arts visuels du festival. Au centre des débats animant ce titre minimaliste et intimiste, une autoroute souterraine et mystérieuse que le joueur tente de mettre à jour un peu par hasard.

"Tamas et moi voulions faire un jeu ensemble, on avait réalisé avec de nombreux autres artistes Magic Matrix Mixer, une installation numérique qui parlait de grottes dans le Kentucky", se souvient Jake Elliott. "On voulait garder cette thématique pour travailler sur un jeu vidéo." Choisir parmi plusieurs réponses et trouver la bonne route sur une carte en s'aidant des dialogues précédents: bien qu'atrophié, le gameplay en place ne modifie pas la définition que se fait Jake Elliott de sa création, soit un jeu vidéo.

Scary monsters

Consciemment inspiré par l'esthétique d'Another World, K.R.Z. reste toutefois une expérience narrative et sensorielle unique. On plonge ainsi dans un passé flou, gorgé de références à l'Amérique de la prohibition et des années 70. "Ces périodes liées à des crises économiques américaines me permettaient de reparler de ce que nous traversons actuellement", poursuit Elliott. "J'aime voir que des développeurs en marge comme ceux de Cart Life ou Dys4ia sont de plus en plus nombreux à l'IGF."

Cow-boys dépressifs et gérants de station d'essence alcooliques vivotent donc dans Kentucky Route Zero. Et nous plongent avec force détails -principalement textuels- dans le monde de la mine, y compris ses chanteurs folk secrets. A ce sujet, on ne pourra d'ailleurs que remarquer l'excellent travail de la bande (vraiment) originale du jeu, composée par Ben Babbit. L'artiste adepte d'ambient (Pillar & Tungs) mais aussi de folk (The Cairo Gang, soit les compagnons de route de Bonnie "Prince" Billy) pose ici ses mélodies avec The Bedquilt Ramblers.

Cette formation imaginaire de bluegrass et d'americana s'est fortement inspirée de la country de Bill Monroe pour ses compositions. "On a enregistré tout ça dans la cave de ma maison à Chicago, sur des bandes analogiques. On a essayé de créer quelque chose de similaire à ces vieux enregistrements. Il fallait coller à cette époque de la prohibition", note Ben Babbit. "Personnellement j'adore le son lo-fi, c'est très amusant de travailler de la sorte. De ne pas devoir se préoccuper d'être parfait. Mais je ne suis pas un nostalgique." Rien de mieux qu'un jeu vidéo pour le démontrer.

Nos partenaires