[Critique ciné] Rosalie Blum, ultra moderne solitude

05/04/16 à 15:15 - Mise à jour à 15:19

Source: Focus Vif

COMÉDIE | Pour son passage derrière la caméra, le scénariste Julien Rappeneau adapte Rosalie Blum, le roman graphique de Camille Jourdy, et signe un film en prise délicate sur la solitude contemporaine.

[Critique ciné] Rosalie Blum, ultra moderne solitude

Alice Isaaz et Kyan Khojandi dans Rosalie Blum, de Julien Rappeneau. © DR

La trentaine transparente, Vincent Machot (Kyan Khojandi) partage sa morne existence entre sa mère envahissante, son chat, son cousin et son salon de coiffure. Jusqu'au jour où sa route croise inopinément celle de Rosalie Blum (Noémie Lvovsky), une inconnue qu'il est persuadé d'avoir déjà vue quelque part. Et de se mettre à la suivre, jour et nuit, jusqu'à l'obsession, le romanesque s'invitant dans son quotidien... Adapté du roman graphique de Camille Jourdy, le premier film de Julien Rappeneau (fils de Jean-Paul, et scénariste, notamment, de Bon voyage et Belles familles) envisage la solitude contemporaine avec un regard où la fantaisie se mêle à la tendresse. Inscrit dans la province française, le récit à trois voix (il y a encore celle de Aude -Alice Isaaz-, la nièce de Rosalie) et autant de chapitres réserve son lot d'imprévus, distillés au gré d'un scénario ingénieux. Soit, peuplé encore de seconds rôles savoureux (Anémone, Philippe Rebbot, Sara Giraudeau), un feelgood movie assumé, chronique à l'humeur délicatement mélancolique préférant aux aspérités une bienveillance comme à rebours du temps.

DE JULIEN RAPPENEAU. AVEC KYAN KHOJANDI, NOÉMIE LVOVSKY, ALICE ISAAZ. 1H35. SORTIE: 06/04.

Dans le Focus du 1er avril, notre interview de Julien Rappeneau, les filles et fils de au cinéma...

Nos partenaires