Une note d’espoir dans une année pourrie: scènes d’extérieur

Science-fictions, de Selma Alaoui (à l'avant-plan), un des spectacles-miracles passés entre les deux confinements. © PHILE DEPREZ
Estelle Spoto
Estelle Spoto Journaliste

Cette année, la scène théâtrale a du se réinventer. En proposant par exemple des spectacles en extérieur.

Si pour les arts de la scène les deux confinements de 2020 ont été une catastrophe, il y a une différence entre le premier et le deuxième. « Les théâtres ont pour la plupart essayé de reprogrammer tant bien que mal les pièces annulées de mars à juin, mais cette fois, ils nous disent qu’ils ne peuvent pas s’engager pour un report », souligne Selma Alaoui, dont le spectacle Science-fictions a pu voir le jour presque miraculeusement au Varia en octobre, entre les deux lockdowns, mais dont la suite de la tournée est en suspens.

En cause, un effet d’entonnoir. Compliqué – pour ne pas dire impossible -, de recaser tout le monde lorsque la saison reprendra son cours.

Aménagement spécifique

Au Théâtre de Poche, situé dans le bois de la Cambre, le directeur Olivier Blin a anticipé le problème: « En vue de rattraper le temps perdu, nous avons ouvert un espace extérieur dans le bois, une scène qui sera couverte et dans laquelle il y aura un gradin. L’idée est de dédoubler le nombre de représentations, avec un premier spectacle dans le bois à 19 heures et un second dans la salle à 20h30. J’ai pensé la saison 2021-2022 en fonction de cela, avec aussi l’intention d’ouvrir le théâtre dès le 1er août, pour profiter au maximum des espaces extérieurs, et d’intégrer des formes artistiques qui ne sont à l’origine pas tout à fait les nôtres. » Vous avez dit « se réinventer »?

Partner Content