Critique

L’hypnotiseur

L'hypnotiseur © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

THRILLER | Deuxième film en moins d’un mois à trouver le chemin de nos salles obscures pour le réalisateur de My Life as a Dog, Gilbert Grape et autre Chocolat.

Après l’américain, et accessoirement calamiteux, Safe Haven, place à cette production suédoise, d’après le roman de Lars Kepler, où le massacre sauvage d’une famille de la banlieue de Stockholm amène un inspecteur et un hypnotiseur à faire équipe pour explorer le subconscient du seul témoin du carnage… Lasse Hallström n’est certes pas David Fincher, et arrose d’un inutile sirop sentimental -l’occasion pour le cinéaste de filmer amoureusement son épouse Lena Olin- une intrigue policière relativement efficace, même si pas originale pour un sou. Dans un film affichant par ailleurs un profil anti-glam bienvenu: gueules fatiguées, éclairage au vilain néon, froid polaire de l’hiver suédois…

Thriller de Lasse Hallström. Avec Tobias Zilliacus, Mikael Persbrandt, Lena Olin. 2h02. Sortie: 08/05.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content