Critique

Le film de la semaine: Minuscule – La Vallée des fourmis perdues

Minuscule - La Vallée des fourmis perdues © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

ANIMATION | Hélène Giraud et Thomas Szabo ont pensé à… Peter Jackson au moment de faire de Minuscule un film qui ne l’est pas du tout.

On avait découvert avec surprise et plaisir la série télévisée de courts formats inscrivant des insectes en images de synthèse dans des paysages réels. Hélène Giraud et Thomas Szabo adaptent aujourd’hui au grand écran l’univers si particulier qui fit leur succès au petit. Et c’est une réussite! S’ils ont changé de cadre naturel, ils n’ont rien lâché sur les fondamentaux: point de dialogues, point d’anthropomorphisme. Pas muet pour autant (la bande sonore est d’une grande richesse), leur film ajoute à l’humour de la série une dimension épique remarquablement inscrite dans le récit comme dans sa mise en images. Et c’est fascinés, captivés, que nous suivons les aventures de la coccinelle choisie pour héroïne et confrontée à une guerre des fourmis où elle prendra le parti des noires, pacifiques, contre les rouges, agressives. Une petite merveille de créativité, propre à réjouir jeunes et moins jeunes spectateurs!

  • DE THOMAS SZABO ET HÉLÈNE GIRAUD. 1 H 29. SORTIE: 26/02.
Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lire également l’interview des réalisateurs dans le Focus du 21 février.Cliquez ici pour voir nos formules d’abonnement (papier et/ou numérique) avantageuses.

Partner Content