Critique

[Le film de la semaine] Ce qui nous lie, de Cédric Klapisch

© DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Klapisch se ressource à hauteur d’humain et de vigne, après la déception d’un Casse-tête chinois concluant en mode mineur la trilogie de L’Auberge espagnole.

La ville était son domaine. Mais il avait, de son propre aveu, fait le tour de la question. Cédric Klapisch est donc parti à la campagne, dans le vignoble bourguignon, pour y faire un film sur le temps qui passe, la ronde des saisons, la vie, la famille et le vin. Pio Marmaï y joue un fils parti à l’étranger depuis une dizaine d’années, pour s’arracher à la pression paternelle. Le père se meurt, et Jean revient. Bientôt, il devra décider, avec sa soeur et son frère, du sort du domaine viticole dont ils ont hérité. Une terre qu’un riche producteur, beau-père du frère de Jean, aimerait racheter… Klapisch se ressource à hauteur d’humain et de vigne, après la déception d’un Casse-tête chinois concluant en mode mineur la trilogie de L’Auberge espagnole. Sans rien masquer des questions -économiques et intimes- d’aujourd’hui, il prend un recul utile et ose un optimisme à rebours de l’air du temps.

De Cédric Klapisch. Avec Pio Marmaï, Ana Girardot, François Civil. 1h53. Sortie: 28/06. ***(*)

>> Notre interview de Cédric Klapisch dans le Focus du 30 juin prochain.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content