Critique

Howl

BIOPIC | Rob Epstein et Jeffrey Friedman célèbrent dans Howl l’oeuvre fulgurante du jeune Allen Ginsberg, poète traîné devant la justice, dans les années 50, pour l’audace d’un texte génial.

Les années 50 s’acheminaient vers leur fin. Un jeune poète « beat » et rebelle faisait exploser un texte brûlant, sensuel, subversif, qui allait compter dans l’émergence de la contre-culture. Devenu objet de scandale, son poème allait susciter un procès… En se tournant vers Allen Ginsberg, après avoir déjà remarquablement évoqué Harvey Milk dans un documentaire, Rob Epstein et Jeffrey Friedman poursuivent leur travail sur les figures majeures de l’émergence d’une conscience gay. Ils recréent avec minutie l’époque des faits, et offrent à un excellent James Franco son rôle le plus passionnant. Des séquences animées transposent en images le texte de Ginsberg. L’ensemble fait un spectacle prenant, riche en émotions, exprimant bien l’audace, le jaillissement, de ce texte fulgurant qu’est Howl.

L.D.

HOWL, BIOPIC DE ROB EPSTEIN, JEFFREY FRIEDMAN. AVEC JAMES FRANCO, JEFF DANIELS, DAVID STRATHAIRN. 1 H 30. SORTIE: 14/09. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content