Critique

Grand Central

Grand Central - Tahar Rahim et Léa Seydoux © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Aux côtés de Léa Seydoux, Tahar Rahim incarne la passion radioactive embrasant Grand Central, le deuxième long métrage de Rebecca Zlotowski. Un rôle à la mesure d’un acteur tout en intensité…

Second long métrage de Rebecca Zlotowski, cinéaste que révélait Belle épine voici trois ans, Grand Central file la métaphore radioactive au gré de la relation amoureuse se nouant entre Gary (Tahar Rahim (lire son interview dans le Focus du 23 août)), un jeune homme vivant de petits boulots, et Karole (Léa Seydoux), la femme de Toni (Denis Ménochet), un des ouvriers de la centrale nucléaire où il vient de débarquer. Inscrivant son propos dans un territoire aussi inusité que fécond, la cinéaste en accorde habilement les dimensions sociale et romanesque. Auscultant cette petite communauté tanguant sur le fil de passions intenses, Grand Central est un drame pudique et puissant à la fois, un film dont l’onde se propage durablement, portée encore par l’énergie incandescente de comédiens tout bonnement épatants.

  • Drame de Rebecca Zlotowski. Avec Tahar Rahim, Léa Seydoux, Olivier Gourmet. 1h34. Sortie: 28/08.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content