Critique

[Critique ciné] Un homme pressé, embarrassante proposition de cinéma

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Un premier film au scénario et à l’esthétique aux allures de publicité Volvic.

[Critique ciné] Un homme pressé, embarrassante proposition de cinéma

Avec son titre aux promesses de petit Bertrand Cantat illustré -affreusement moralisateur, donc-, le premier film en solo d’Hervé Mimran (Tout ce qui brille, Nous York) s’intéresse à un homme d’affaires en perpétuelle course contre la montre avant qu’un accident cérébral n’entraîne chez lui des troubles profonds de la parole et de la mémoire, l’obligeant à ralentir et réévaluer son existence. 1h40 de Fabrice Luchini qui parle en verlan façon syndrome de la Tourette à cause d’un AVC? Il est permis de trouver ça objectivement un peu court, voire même embarrassant, comme proposition de cinéma. La BO du film ressemble à une commande d’un géant de la téléphonie mobile. Son scénario et son esthétique à une pub Volvic. « Un volcan s’éteint, un être s’éveille. » Oui, bon…

D’Hervé Mimran. Avec Fabrice Luchini, Leïla Bekhti, Rebecca Marder. 1h40. Sortie: 14/11. *(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content