Critique

[Critique ciné] The Good Liar, un régal

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Bill Condon s’acquitte sans bavure d’un film d’arnaque à tiroirs où excellent Ian McKellen et Helen Mirren.

Lorsqu’il ferre sa prochaine victime sur un site de rencontres, Roy Courtnay, un escroc professionnel, a du mal à y croire: veuve, fortunée, bien de sa personne et sans méfiance, Betty McLeish a tout de la proie idéale. Et d’entreprendre de l’embobiner, négligeant un principe élémentaire: les apparences sont parfois trompeuses. Réalisateur éclectique, auteur de Dreamgirls, un musical inspiré de la carrière des Supremes, comme de deux épisodes de la saga Twilight, Bill Condon s’acquitte sans bavure d’un film (titré en français L’Art du mensonge ) d’arnaque à tiroirs où il retrouve Ian McKellen, qu’il avait déjà dirigé dans Gods and Monsters et Mr. Holmes. Si l’intérêt de l’action se délite quelque peu sur la distance, la partition du comédien est un régal, comme celle de sa partenaire, Helen Mirren, parfaite…

De Bill Condon. Avec Helen Mirren, Ian McKellen, Russell Tovey. 1h49. Sortie: 20/11. ***(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content