Critique

Critique ciné: The Fault in Our Stars, Shailene Woodley exceptionnelle

Ansel Elgort et Shailene Woodley dans The Fault in Our Stars © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME ROMANTIQUE | Dans cette adaptation du roman à succès de John Green, deux adolescents font connaissance au sein d’un groupe de soutien pour malades du cancer.

On trouve, à l’origine de ce teenage-movie de Josh Boone, le roman éponyme de l’auteur américain John Green, véritable phénomène d’édition à sa parution, en 2012, et traduit depuis dans de nombreuses langues, dont le français sous le titre Nos étoiles contraires. Au coeur de l’histoire, Hazel Lancaster (Shailene Woodley) et Augustus Waters (Ansel Elgort), deux adolescents ayant fait connaissance au sein d’un groupe de soutien pour malades du cancer. Si ce dernier ne leur laisse guère plus de répit que de chances, les deux jeunes gens vont lui opposer leur humour et un sacré tempérament -jusqu’à entreprendre un voyage pour Amsterdam, lieu de résidence de Peter Van Houten (Willem Dafoe), l’auteur d’un livre qui les avait d’autant plus scotchés qu’il s’achevait au milieu d’une phrase, leurs nombreuses questions étant restées sans réponses.

Sous un alliage classique de drame et d’absolu romantique adolescent, Josh Boone aborde un sujet sensible avec une appréciable maturité. Mais si le film désamorce plutôt joliment l’excès de pathos, il ne peut éviter l’écueil de la mièvrerie qu’il dénonce pourtant dans sa scène d’ouverture. Et de se transformer, pour l’essentiel, en un catalogue de bonnes intentions baignant dans une ambiance éthérée de circonstance, et mises en scène avec une inégale inspiration. On pense à quelque version « mainstream » du Restless de Gus Van Sant, un film au scénario voisin, mais dénué de semblables lourdeurs… Ces limites posées, on s’en voudrait de passer sous silence la prestation exceptionnelle de Shailene Woodley: mieux qu’une révélation, celle-ci s’affirme, après Divergent, et en attendant le formidable White Bird in a Blizzard de Gregg Araki, comme l’un des talents majuscules de sa génération.

  • De Josh Boone. Avec Shailene Woodley, Ansel Elgort, Willem Dafoe. 2h05. Sortie: 18/06.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content