Critique

Critique ciné: Solace (Prémonitions), remarquable Anthony Hopkins

Jeffrey Dean Morgan et Anthony Hopkins dans Solace (Prémonitions) © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

THRILLER | Le jeune réalisateur brésilien Alfonso Poyart, révélé par le polar 2 Coelhos, ne manque pas ses débuts hollywoodiens.

Le tueur en série de ce thriller surnaturel n’est pas vraiment comme les autres. Il n’assassine (sans causer de souffrances) que des victimes atteintes de maladies incurables et qui auraient, sans lui, connu des douleurs abominables avant de mourir… L’enquête sera dominée par un médium qui aide la police, et qu’incarne remarquablement Anthony Hopkins. Si une impression de déjà-vu marque le début du film, ce dernier devient de plus en plus intéressant, accueillant des réflexions sur l’euthanasie avant qu’une révélation finale vienne tout remettre en perspective. Le jeune réalisateur brésilien Alfonso Poyart, révélé par le polar 2 Coelhos, ne manque pas ses débuts hollywoodiens.

DE ALFONSO POYART. AVEC COLIN FARRELL, JEFFREY DEAN MORGAN, ANTHONY HOPKINS. 1H41. SORTIE: 16/09

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content