Critique

[Critique ciné] Rémi sans famille, un produit sans âme

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME/AVENTURE | Tout est bien propret dans ce mélodrame aseptisé louchant vers le succès des Choristes.

[Critique ciné] Rémi sans famille, un produit sans âme

L’histoire de Rémi, enfant de la campagne vendu par ses parents à un musicien ambulant, est tirée du célèbre roman d’Hector Malot Sans famille (paru en 1878). Plusieurs fois adaptée au cinéma et à la télévision, y compris par l’animation japonaise, elle fait son retour sous la direction très (trop) lisse d’Antoine Blossier. Tout est bien propret dans ce mélodrame aseptisé louchant vers le succès des Choristes (le jeune héros possède une voix sublime, que son mentor joué par Daniel Auteuil aide à libérer pour chanter en public). Une esthétique de vignettes, façon images d’Épinal, achève de faire du film un produit sans âme.

D’Antoine Blossier. Avec Daniel Auteuil, Maleaume Paquin, Virginie Ledoyen. 1h49. **

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content