Critique

[Critique ciné] Parents d’élèves, une comédie aussi charmante qu’innocente

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

Un film qui se laisse regarder sans déplaisir, mais sans guère plus d’intérêt, même si l’on s’en voudrait de ne pas souligner l’abattage de Vincent Dedienne.

La trentaine désoeuvrée et gentiment immature, Vincent (Vincent Dedienne) se voit confier par une voisine surmenée la garde de son fils de neuf ans, Bart (Oscar Pauleau), qu’il conduit chaque jour à l’école. Et d’être bientôt adopté par les autres parents d’élèves qui le prennent pour le père du gamin, situation dont il s’accommode d’autant plus aisément qu’il n’est pas insensible au charme de son institutrice (Camélia Jordana). Réalisatrice de Connasse, Noémie Saglio signe, avec Parents d’élèves, une comédie aussi charmante qu’innocente, effleurant au passage diverses thématiques touchant à la famille. Cela se laisse regarder sans déplaisir, mais sans guère plus d’intérêt, même si l’on s’en voudrait de ne pas souligner l’abattage de Vincent Dedienne.

Comédie de Noémie Saglio. Avec Vincent Dedienne, Camélia Jordana, Oscar Pauleau. 1h29. Sortie: 07/10. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content