Critique

[Critique ciné] Ni juge ni soumise, une comédie humaine aux accents burlesques

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | Ni juge ni soumise, un documentaire humoristique de Jean Libon et Yves Hinant.

[Critique ciné] Ni juge ni soumise, une comédie humaine aux accents burlesques

L’esprit de Strip-tease continue de souffler dans le documentaire que Jean Libon (à l’origine de l’émission voici une bonne trentaine d’années) et son cadet Yves Hinant consacrent à la juge d’instruction Anne Gruwez. Laquelle affiche dans son activité un humour et un franc-parler ignorant le politiquement correct. Les suspects défilent dans son bureau à rythme soutenu, exposant une comédie humaine aux accents tantôt burlesques et tantôt terrifiants. Au volant de sa 2CV, Madame la juge sillonne aussi les rues de Bruxelles, attachée à élucider une affaire de meurtre d’une prostituée classée depuis 20 ans. On prend plaisir à la suivre, même si ce qu’elle dévoile donne souvent froid dans le dos.

De Jean Libon et Yves Hinant. 1h39. Sortie: 21/02. ***(*)

>> Lire également l’interview d’Anne Gruwez dans Le Vif.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content