Critique

[Critique ciné] Les Invisibles, entre cri d’alarme et feel good movie

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Sur le mode de la comédie sociale, Louis-Julien Petit veut simultanément divertir et témoigner, amuser et transmettre un message solidaire.

[Critique ciné] Les Invisibles, entre cri d'alarme et feel good movie

Le centre d’accueil va fermer. Décision administrative. Pour que les femmes sans domicile fixe dont elles s’occupent ne se retrouvent pas dehors 24 heures sur 24, les travailleuses sociales de l’Envol vont se battre et imaginer des solutions, quitte à franchir les limites de la loi et des règlements… Sur le mode de la comédie sociale, Les Invisibles veut simultanément divertir et témoigner, amuser et transmettre un message solidaire. Ses très bonnes intentions débouchent sur quelques séquences emballantes, mais le mélange d’actrices connues et de non-professionnelles ne prend pas forcément. Louis-Julien Petit évite le misérabilisme, mais entre cri d’alarme et feel good movie, le grand écart lui est parfois néfaste.

De Louis-Julien Petit. Avec Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky. 1h42. sortie: 09/01. **(*)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content