Critique

Critique ciné: Le Crocodile du Botswanga

Le Crocodile du Botswanga © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Il est aussi question d’un jeune joueur de football africain et de son manager, et même de cendres à ramener au village d’un défunt… Mais les ressemblances entre le très réussi Les Rayures du zèbre et le très navrant Le Crocodile du Botswanga s’arrêtent là.

Ecrit et tourné à la paresseuse, joué comme une suite de sketches télévisés, le film du tandem Eboué-Steketee a l’épaisseur humaine proche du micron, et accueille aussi peu de bons gags que le Sahel de draches façon belge. Le « récit », mettant en scène un manager minable (joué par Eboué) et son joueur très courtisé dans une dictature africaine de carnaval, n’a aucun intérêt. Et la caricature raciste pointe çà et là le bout de l’oreille…

  • DE FABRICE EBOUÉ, LIONEL STEKETEE. AVEC FABRICE EBOUÉ, THOMAS NGIJOL, CLAUDIA TAGBO. 1H30. SORTIE: 19/02.
Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content