Critique

[Critique ciné] Late Night, satire aussi bien écrite que jouée

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Deux femmes dans le monde encore largement masculin de la télévision aux États-Unis.

L’une est au sommet, vedette d’un talk-show à succès depuis des décennies, mais le déclin la menace. L’autre, jeune et d’origine indienne, est la première femme à intégrer l’équipe d’auteurs travaillant pour elle. Comment Katherine Newbury et Molly Patel, différentes en tout ou presque, vont accorder leur voix sur fond d’adversité, Late Night le raconte avec verve. Emma Thompson est formidable, au sommet de son art qu’on sait grand. Et Mindy Kaling lui tient la dragée haute, dans une satire aussi bien écrite que jouée, efficace et joliment mordante, ne cédant que sur la fin à une sentimentalité cliché.

De Nisha Ganatra. Avec Emma Thompson, Mindy Kaling, John Lithgow. 1h43. Sortie: 16/10. ***(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content