Critique

[critique ciné] Gunda, truie story

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Une expérience de cinéma peu commune.

Portée par une splendide photographie noir et blanc, l’expérience de cinéma proposée par Gunda est, en soi, peu commune: accompagner, sans aucun ajout musical ou narratif, le quotidien d’une truie, de ses petits et de quelques autres animaux de la ferme environnante. Végétarien convaincu, le réalisateur russe Viktor Kossakovsky appelle d’évidence à l’empathie à travers cette espèce de tour de force méditatif et ostensiblement arty qui mêle documentaire animalier et pure expérience plastique. Intéressant d’un point de vue dramaturgique, même si la dimension symbolique, voire même mythologique, du film -la vie est une lutte, mais la vie est un don- s’y voit assez lourdement soulignée. Truie story.

DOCUMENTAIRE. De Viktor Kossakovsky. 1h33. Sortie: 11/08. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content