Critique

[Critique ciné] Fourmi, aimable film formaté « feelgood »

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Les parents boivent, les enfants trinquent, dit-on. C’est le cas avec le jeune Théo et son papa Laurent.

Le gamin est très doué pour le foot, son père en est fier mais son alcoolisme volontiers agressif lui gâche trop de choses et fait honte au petit. Quand un recruteur du fameux club anglais d’Arsenal approche Théo, des questions vont se poser, la vérité ne sera pas forcément bonne à dire… Le jeune Maleaume Paquin (Rémi sans famille) tient le choc face à un François Damiens cabotinant plus que de raison. Le scénario cousu de fil blanc et manipulateur et l’affichage permanent des bons sentiments empêchent malheureusement Fourmi (le surnom de Théo) d’être plus qu’un aimable produit formaté « feelgood ». Un de plus.

De Julien Rappeneau. Avec François Damiens, Maleaume Paquin, André Dussollier. 1h45. Sortie: 11/09. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content