Critique

[Critique ciné] Creed 2, ultra prévisible

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Steven Caple Jr. refait Rocky IV, 33 ans plus tard.

[Critique ciné] Creed 2, ultra prévisible

Rarement scénario aura été plus prévisible que celui deCreed 2! On y refait Rocky IV, 33 ans plus tard. Avec les fils d’Apollo Creed et d’Ivan Drago, pour une revanche par rejetons interposés du combat fatal qui vit papa Creed mourir sous les coups du colosse venu d’URSS. Dolph Lundgren, père d’un Viktor à la musculature explosive, et Sylvester Stallone, mentor de Creed Junior, se retrouvent donc, pour un film où Michael B. Jordan confirme dans le rôle d’Adonis le nouveau champion, digne héritier du regretté Apollo et prêt à défendre son honneur par-delà les années. Bien moins inspiré que le remarquable Creed de Ryan Coogler (parti faire Black Panther), Creed 2 assure, sans plus. Et renonce -provisoirement?- à creuser le passionnant sillon mis au jour par le premier film de la nouvelle saga.

De Steven Caple Jr. Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson. 2h10. Sortie: 09/01. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content