Critique

Critique ciné: Chappie: Robot Rebel, particulièrement indigeste

Chappie: Robot Rebel © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

ACTION | Le temps où Neill Blomkamp tournait l’épatant District 9 semble désormais bien loin…

Johannesburg, dans le futur immédiat. Afin de juguler la violence urbaine, la police s’est armée de robots de série présumés indestructibles. La conception de droïdes s’annonce comme le plus juteux des business, moment où l’un d’entre eux, le premier doté de conscience par son concepteur, est dérobé par des truands aux abois… La suite tient du mix lourdingue entre Robocop et E.T., le film d’action bas du front se gorgeant de sentimentalisme sur le mode « Chappie (c’est le robot) go home », tout en lorgnant vers la comédie. La présence devant la caméra de Ninja et Yo-Landi Visser (aka Die Antwoord) achève de rendre l’ensemble particulièrement indigeste, le temps où Neill Blomkamp tournait l’épatant District 9 semblant désormais bien loin…

DE NEILL BLOMKAMP. AVEC DEV PATEL, HUGH JACKMAN, DIE ANTWOORD. 2H. SORTIE: 11/03.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content