Critique

[Critique ciné] Burnt, come-back culinaire et faux suspense

Bradley Cooper dans Burnt (À vif! en VF) © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Bradley Cooper ne brille pas spécialement au milieu d’une distribution très « euro-pudding ».

Plus qu’un chef étoilé, c’était une star de la haute cuisine, le chef qui montait et que rien ne pouvait arrêter. Mais Adam Jones a explosé en plein vol, et a disparu de la circulation pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il revient, à Londres, bien décidé à se relancer et à obtenir cette troisième étoile au Michelin qui le consacrerait définitivement… Récit d’un come-back culinaire, Burnt (littéralement « cramé » mais transposé en A vif! pour la VF) expose un faux suspense tout tissé de fil blanc. Si l’image est soignée, le scénario sent le fabriqué à l’extrême. Et Bradley Cooper ne brille pas spécialement au milieu d’une distribution très « euro-pudding ».

DE JOHN WELLS. AVEC BRADLEY COOPER, SIENNA MILLER, DANIEL BRÜHL. 1H42. SORTIE: 02/12.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content