Critique

[Critique ciné] Au nom de ma fille, prenant et émouvant

Daniel Auteuil dans Au nom de ma fille © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Vincent Garenq aime les faits divers réels. Après le drame d’Outreau et l’affaire Clearstream, il évoque le combat d’André Bamberski.

Vincent Garenq aime les faits divers réels. Après le drame d’Outreau (Présumé coupable) et l’affaire Clearstream (L’Enquête), il évoque le combat d’André Bamberski. Daniel Auteuil prête ses traits et son talent d’interprète intense à ce père de famille consacrant près de 30 années d’efforts à faire paraître devant la justice le très probable assassin de sa fille adolescente. Sur fond de complexités familiales, juridiques et diplomatiques (le suspect, beau-père de la gamine, est allemand), un film prenant, émouvant, récit d’une obsession heureusement pas surchargée de pathos.

De Vincent Garenq. Avec Daniel Auteuil, Sebastian Koch, Marie-Josée Croze. 1h27. Sortie: 13/04.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content