Critique

[Critique ciné] 10 Cloverfield Lane, aussi éprouvant qu’efficace

Mary Elizabeth Winstead et John Gallagher dans 10 Cloverfield Lane. © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

THRILLER | Produit par J.J. Abrams, 10 Cloverfield Lane surfe habilement sur une vague paranoïaque post-apocalyptique pour déployer son pitch minimaliste en huis clos.

Emergeant d’un accident de voiture, une jeune femme découvre être détenue dans un bunker avec un compagnon d’infortune par un homme prétendant les avoir sauvés d’une attaque chimique ayant transformé le monde extérieur en no man’s land. Leurre grossier ou affolante réalité? Produit par J.J. Abrams (et coscénarisé par Damien Whiplash Chazelle), 10 Cloverfield Lane surfe habilement sur une vague paranoïaque post-apocalyptique pour déployer son pitch minimaliste en un huis clos aussi éprouvant qu’efficace. Si John Goodman assure (à défaut de rassurer), Mary Elizabeth Winstead a du répondant, Dan Trachtenberg entretenant joliment le suspense 1h30 durant, avant que ce thriller de science-fiction ne s’égare dans un final effarant.

DE DAN TRACHTENBERG. AVEC MARY ELIZABETH WINSTEAD, JOHN GOODMAN, JOHN GALLAGHER JR. 1H45. SORTIE: 16/03.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content