Critique

Cirtique ciné: Le Paradis

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

FILM EXPÉRIMENTAL | Avec Le Paradis, Alain Cavalier poursuit une démarche esthétique toute personnelle, inscrite pour une large part sous le signe de l’autofiction.

Armé d’une mini-caméra vidéo, l’auteur du Filmeur y traque jusqu’aux détails les plus insignifiants en apparence de l’existence, en une quête de beauté et de sens ponctuée de réflexions philosophiques diverses. Reposant sur un dispositif ascétique, le résultat est éminemment original, non sans réussir à joliment déborder du cadre du journal intime. Soit un chapitre étonnant d’une filmographie écrite en toute liberté -démonstration avec le cycle bienvenu que consacre Flagey au cinéaste en marge de la sortie de ce nouvel opus, où figurent notamment les remarquables Thérèse, Irène et Pater.

  • D’ALAIN CAVALIER. 1 H 08. SORTIE: 04/03.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content